Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 18:04

Cameroun : Crash avion de la Cameroon airlines en 1995. L’aspect mafieux du dossier enfin mis à jour.


Camair-co

 

Crash avion de la Camair en 1995: Des commissions perçues

Où est passé l'argent payé par Transnet Saa? Cette compagnie sud-africaine a payé plus de 40 milliards de FCFA pour indemniser la Cameroon Airlines du contrat qualifié de mafieux, signé en son nom en 1994 par le trio Issa Tchiroma (alors Ministre des Transports), Joseph Bélibi (Pca de la Camair) et Louis Paul Motazé (Directeur commercial). 

Où est passé l'argent payé par Transnet Saa? Cette compagnie sud-africaine a payé plus de 40 milliards de FCFA pour indemniser la Cameroon Airlines du contrat qualifié de mafieux, signé en son nom en 1994 par le trio Issa Tchiroma (alors Ministre des Transports), Joseph Bélibi (Pca de la Camair) et Louis Paul Motazé (Directeur commercial). En effet, les pertes causées par le mauvais entretien des aéronefs de la défunte Camair ont provoqué le crash du Nyong et l'accident en bout de piste en France du 747 Combi. Il s'agissait de dédommager la défunte Camair et régler les droits des victimes du crash de décembre 1995. Face à la léthargie qui semble caractériser les leaders d'opinion de la société camerounaise, en particulier les dirigeants des Ong qui se revendiquent de la société civile, quelques Camerounais parmi lesquels les ayants droits des victimes résidant hors du Cameroun, ont décidé de porter l'affaire devant les instances judiciaires françaises.

Avec l'achat foireux du Bbj II et de l'Albatros, la mafia connexion s'illustre dans ses accointances avec des grandes Banques étrangères, en l’occurrence la Société générale en France. Car la méthode utilisée, si elle se confirmait, ne relève ni plus ni moins, que du blanchiment effectué par certaines personnalités qui se sont entendus pour distraire 40 milliards de FCFA, prix du sang de 71 victimes du crash. Comme nous l'a révélé l'un des membres de l'association Crash Camair 1995, ce procès aboutira sans aucun doute à retrouver la traçabilité de l'argent détourné et son utilisation. Il ne restera plus, a-t-il ajouté, qu’à d'autres Camerounais de prendre la relève en matière de dénonciation de biens mal acquis. Pour lui, en tout cas, au regard de certaines informations dont disposerait déjà l'association, il ne fait pas l'ombre d'un doute que certains biens plus ou moins déjà identifiés et appartenant à des pontes du régime, tirent leur origine de cet argent.

Après la plainte jugée recevable de Me Yen Eyoum Lydienne en France, y compris celle en cours déposée par Yves Michel Fotso auprès de la Cour suprême de l'Orégon aux Usa, cette nouvelle affaire pourrait avoir des effets dévastateurs pour un pouvoir dont le discrédit est à son comble sur le plan international. Souvenons-nous: «En mai 1994, des accords écrits avaient été conduits à Paris en France, par lesquels la South african airways (Saa) s'engageait à assurer la maintenance des Boeings 737 et 747 appartenant à la Camair. Du fait de la défaillance et de la grossière négligence dans l'exécution de ces contrats, le Boeing 737-200 immatriculé Tj-Cbe et baptisé Le Nyong s'est écrasé à Douala le 3 décembre 1995, coûtant la vie à soixante et onze personnes. De même, en 1997, le Boeing 747-200 Combi, le Mont Cameroun, a perdu un réacteur en plein vol, aux environs de Paris».

40 milliards pour 71 victimes en fumée

Un documentaire diffusé actuellement sur You tube et Facebook, intitulé «crash Camair 95» fait état du versement de ces indemnisations sur un compte qui fut ouvert à la Société générale à Paris, Bd Haussmann, par M. Foumane Akame pour le compte de l'Etat camerounais. En effet, la compagnie sud-africaine Transnet a été condamnée et le Cameroun a été indemnisé. Mais écrira l'ex-Minadt, Marafa: «A ma grande surprise, aucun des bénéficiaires connus des fruits de cette corruption n'a été inquiété, ni sur le plan pénal, ni sur le plan administratif». S'adressant au Chef de l'Etat, Marafa Hamidou Yaya écrit: «Je vous avais alors proposé que le gain financier que notre pays devait tirer de l'action engagée en Justice, puisse être utilisé de la manière suivante:

a) Indemniser les ayants-droit des victimes de l'accident du Boeing 737
à hauteur de cent millions (100.000.000) de FCFA par personne.

b) Renflouer la Camair avec la différence afin de consolider les fonds propres de cette compagnie.

On sait aujourd'hui que ni les ayants droit, ni la défunte Camair n'ont reçu un kopeck de cet argent. L'argent ayant été retiré subrepticement de la Société générale. Pour qu'une banque puisse agir de la sorte en France, il y eu automatiquement des complicités à un certain niveau de sa hiérarchie. Selon Issa Tchiroma gravement mis en cause sur un pan de l'affaire concernant les Commissions sud-africaines, l'argent spolié au détriment de la Camair et des victimes du crash, est versé dans les caisses de l'Etat. Pourtant en Afrique du Sud, l'on parle d'un virement de 40,5 milliards de FCfa au profit de la Camair et des victimes. Pierre Mila Assoute aujourd'hui en exil en France, a fait savoir sa part de vérité dans l'affaire de l'indemnisation du crash du Boeing 737 de la défunte Camair. Il met en lumière, documents à l'appui, des éléments de cette affaire pour laquelle une enquête judiciaire n'a pas encore été officiellement ouverte, depuis sa révélation par une des lettres de Marafa Hamidou Yaya, l'ancien Ministre d'Etat aujourd'hui en prison.

«Il est incontesté qu'au terme du procès, un virement de Transnet/Saa de 40.5 milliards, est arrivé sur le compte n°: 000 78 01 39 14 -53 ouvert par Monsieur Foumane Akame Jean, dans les livres de la Sgbc 29, boulevard Haussmann 75009 Paris (France) au nom de: Etat du Cameroun/présidence de la République, compte sur lequel il est le seul signataire». Le 25 septembre 2012, le Ministre de la Communication a évoqué le sujet des indemnisations des victimes du crash du Boeing de la Camair en 1995. Issa Tchiroma avait affirmé entre autres, que le personnel navigant commercial n'était pas couvert par l'assurance pour expliquer pourquoi l'hôtesse de la Camair dame Welissanè, une des rares personnes rescapées de ce crash de triste mémoire, n'a pas été dédommagée. Mais l'opinion n'a pas été renseignée sur les mobiles l'ayant poussé à percevoir des Commissions sur l'entretien des aéronefs de la Camair alors qu'ils n'étaient pas du tout entretenus. S'adressant alors au journal Le Messager, Albert Dzongang s'était interrogé: «Mais qui a causé l'accident? Le tribunal de Paris a dit que l'auteur de l'accident c'est l'Afrique du Sud qui n'avait pas entretenu convenablement l'avion, et l'a condamné à payer des dommages et intérêts. Ils appartiennent donc aux accidentés et aux propriétaires de l'avion, et non à l'Etat. Donc quand quelqu’un dit que l'argent de l'Etat est confidentiel, il enfonce l'Etat parce qu'il nous pousse à nous demander où sont passés les 40.000.000.000 de FCFA».

C'est ce que l'Avocat des victimes, Me Gardères (voir l'interview ci-contre) essaye de savoir, afin que les ayants-droit soient indemnisés. Le seront-ils un jour? L'affaire va-t-elle s'internationaliser avec le dépôt et la disparition de cet argent des comptes de la Société générale à Paris?

Douala, 16 Avril 2013
Par EDKING

Source : Le Messager

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine