Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Cameroun : Affaire Enoh Meyomesse Dieudonné. Si jamais je meurs à la prison de Kodengui, publie certains de mes livres qui ne l’ont pas été.

5 Janvier 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Cameroun : Affaire Enoh Meyomesse Dieudonné. Si jamais je meurs à la prison de Kodengui, publie certains de mes livres qui ne l’ont pas été. 


enoh meyomesse                                                          Enoh Meyo messe Dieudonne. Homme politique-Ecrivain

 

            Bien que ce jour ne soit pas jour de visite, j’ai pu rencontrer Enoh Dieudonné à la Prison Centrale de Kodengui. Bien sur j’ai du « payer » pour cela surtout qu’il y’avait eu cette situation lors de notre dernier passage
     Il était 16h10 quand  j’ai eu accès à la « place » d’attente ou Enoh m’a retrouvé ,et c’est avec joie prononcée qu’il m’a accueilli avec sa même blague à haute voix « Tu es venu voir le braqueur » ce qui a fait rire plus d’un et moi avec. Je lui ai signalé que c’est untel qui m’avait permis d’avoir accès à lui. Il m’a fait savoir qu’après notre visite des responsables de la prisons sont venus vers lui et l’ont menacé, aussi ce policier « facilitateur » depuis lors le boudait jusqu’à ce matin ou il lui a adressé la parole. J’ai du lui dire que j’avais longuement discuté, supplié et négocié (crédit de communication) avec ce policier pour le ramener à de bons sentiments.
     Nous nous sommes donc retiré au parloir ou tout d’abord il m’a remis une feuille format divisée en deux avec des écrits, et bassement il me demande de le donner à des journalistes et autres. (Je ne lirais cette missive qu’à ma sortie, car ayant peu de temps avec lui)
     Nos échanges se continuent sur sa santé et son Etat d’esprit.
   Pour sa santé, son mal des yeux s’amplifient, il doit se faire consulter demain par un médecin et c’est le seul problème physique qu’il a en ce moment. Quant à son moral, il est au beau fixe, comme il l’a dit lui-même « on s’habitue » et ce moral je l’ai effectivement ressenti au long de notre entretien. Il semble de plus trouver « ses repères » dans ce milieu hostile. Il est vrai que je l’ai trouvé un peu vieilli.
     Concernant sa nutrition, il se ravitaille auprès des femmes qui vendent de la nourriture au sein de la prison. En gros il ne se plaint pas de ce qu’il mange. Et les 10.000f  à lui laissé par nous la dernière fois lui ont été utile jusqu’ici et il détenait encore 1.000f sur lui.
     Cette fois il avait une chemise propre et blanche sur lui, il m’a fait savoir qu’il l’avait acheté en prison, car il n’avait pratiquement plus rien à se mettre.
     Par rapport à sa famille, il m’a fait savoir qu’en gros il est seul, à cause de sa posture d’opposant il est rejeté, évité par les siens. Fils unique à sa feue moment, il a sept demis frères de son feu papa qu’il n’a pu enterrer et les rapports avec ces derniers ainsi que sa marâtre ne sont pas au beau fixe. Néanmoins il m’a donné le contact de son Ex-épouse ainsi que celui de la fille de cette dernière en précisant qu’elle à le droit d’accès permanent à la prison, puisqu’elle y à mené des services d’éducation à une période. Il dit avoir plutôt de bon rapport avec la fille de son Ex.
     Pour son hébergement, il est encore à la zone de passage alors qu’il a payé les frais pour être transféré au quartier 1 ou 2 où les conditions de vie sont acceptables. Jusqu’ici il n’a eu aucune explication, et il est toujours en zone de passage. S’il y est admis, il doit faire face à certaines charges :Location entre 15.000f et 20.000f, le matelas entre 1500f et 4000f,le ménage à 3.000f
     Il m’a informé que Me Jacques Mbumy est passé le matin, et avec lui il a discuté de sa plainte, car il compte porté plainte pour séquestration arbitraire et torture. Il est a 30 jours de détention provisoire, qui en principe ne doit pas dépasser 2 jours.
     A la question de savoir ou en était l’avocat avec sa propre affaire, sans me répondre directement il m’a fait savoir que l’important n’était pas lui, mais l’arbitraire, qu’il souhaite qu’on parle de sa situation pour vider les questions de détention arbitraires, des tortures, en passant il m’a rappelé que pour aller toucher les 20.000f que je lui avais expedié, son accompagnateur à raflé 5.000f au passage, aussi les 50 euros disparus au SED. En passant il ne retrouve pas ses clés USB, et certains documents importants.
     Par ailleurs il a dit que si jamais il arrivait qu’il décède, que je publie certains de ces livres qui ne l’ont pas été et dont il me les avait envoyés.
     J’ai fait allusion au fait qu’il se disait que c’est pas à l’aéroport qu’il avait été arrêté, il a crié en disant que la personne n’avait pas la bonne info, il m’a reprécisé qu’il avait été pris à la descente d’avion et amené au SED et qu’il avait encore avec lui sa valisette avec le peu de vêtement avec lequel il était allé à Singapour.
     A ma question de savoir s’il a publié un démenti, il m’a fait savoir qu’il avait écrit et envoyé son à Xavier Messe(journaliste à Mutations) le vendredi 30 décembre, et qu’il ne comprenait pas toujours pourquoi cela n’avait pas été publié jusqu’ici. M.Messe a fait savoir qu’il avait besoin des compléments, sans lui dire lesquelles et que ce démenti était intitulé : OU SONT LES ARMES Mr. LE COLONEL « ON NE ME CORROMPT PAS » ? Faisant allusion à ce Colonel qui l’a accusé de tentative de corruption. Il dit qu’il réécrit un autre démenti qu’il ferait parvenir si c’est possible à JB Talla
     Aussi il m’a fait savoir que cette arme qu’on a trouvé chez lui aurait été fourni par une Henriette B qu’il connait, car elle est sa voisine et qui bosse à la Camair et qui est agent de renseignements.
    M’apprêtant à partir je lui ai fait cas de la mobilisation qui se faisait par rapport à lui, avec émotion il m’a chargé de remercié tout le monde. Je lui ai remis 10.000fcfa à sa grande joie.


- par B. D

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article