Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

L'épée de cérémonie en or de Saddam Hussein, volée par un soldat américain, sur le catalogue d’une salle de vente aux enchères à Manchester, dans l’état du New Hampshire.

1 Août 2013 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

L'épée de cérémonie en or de Saddam Hussein, volée par un soldat américain, sur le catalogue d’une salle de vente aux enchères à Manchester, dans l’état du New Hampshire.

Blood hemoragie Afrique map

 

 

Les Etats-Unis ont remis à l’ambassadeur d’Irak à Washington une épée de cérémonie en or offerte au président Saddam Hussein par les généraux irakiens et les dirigeants du parti Baas. Elle avait été volée en 2003 par un GI’s intervenant à titre d’ « historien » dans une unité spéciale.

 

L’épée est réapparue en octobre 2011 sur le catalogue d’une salle de vente aux enchères à Manchester, dans l’état du New Hampshire. Son « propriétaire » affirmait que le gouvernement américain l’avait autorisé à la garder. L’objet - mis à prix 15 000 dollars - avait été confisqué par les services douaniers qui ont estimé, après enquête, qu’il ne pouvait être considéré comme un trophée.

 

Ces dernières années, les Etats-Unis ont rendu à l’Irak 1 500 objets volés par la soldatesque US : tablettes cunéiformes mésopotamiennes, statues en terre cuite, boucles d'oreilles en or, pièces de monnaie, des tableaux, etc… Le 26 juillet dernier, Bahaa al-Mayahi, haut responsable du ministère irakien de la Culture, a déclaré que les Etats-Unis ont accepté de rendre à l’Irak 10 000 objets volés, d’ici août 2014, à condition de ne rien révéler sur la façon dont ils sont parvenus aux Etats-Unis ! 

 

Sur les 15 000 objets volés en 2003 lors du pillage du Musée de Bagdad, plus de 4 000 auraient été récupérés ; 130 000 pièces l’auraient également été, provenant de bibliothèques, d’édifices religieux, de musées de villes de province, et des plus de 12 000 sites archéologiques connus que compte le pays.  

 

Des dizaines de milliers de trésors archéologiques répertoriées sont toujours manquants. Depuis 2003, on a appris que des vols avaient été planifiés à l’extérieur de l’Irak, que certains « pillards » possédaient les clés des coffres ou des réserves où étaient entreposées les pièces les plus précieuses, et s’en étaient emparées laissant à la place des copies. 

Source : Le blog de gilles Munier

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article