Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

Affaire Enoh Meyomesse, après la rencontre avec le juge Mpondo. Effondrement de toutes les fausses accusations résiduelles.

11 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Affaire Enoh Meyomesse, après la rencontre avec le juge Mpondo. Effondrement de toutes les fausses accusations résiduelles.

Enoh1

1.       D’abord au Tribunal militaire : le 7 juin fut la journée tant attendue de confrontation des accusés ; bref, la journée au cours de laquelle réunis tous dans le bureau du juge d’instruction Mpondo au MINDEF, avec les avocats seuls, ils ont pu enfin dire l’un à côté de l’autre ce qui s’est réellement passé. La séance a commencé à 11 heures et a fini à 17 heures. En arrivant, Bergeline et moi, nous avons trouvé Enoh et ses trois co-accusés assis sur un banc dehors. Maitre Mbuny s’étant arrangé avec Maitre Beling pour assister Enoh de manière consécutive, lui seul était là. Nous retrouverons Maitre Beling seul à la fin. Mon observation est donc qu’Enoh a deux avocats et ses co-accusés n’en ont aucun.

2.       Au sortir de la confrontation, Enoh était heureux, et nous a dit que tous les trois motifs d’accusation, complicité de braquage, violation de la loi sur l’exploitation des minerais et trafic de minerai, s’étaient effondrés et que dorénavant le tableau d’accusation contre lui était vide. Le juge Mpondo a cependant demandé à entendre le chauffeur du pickup qui avait été envoyé à Bertoua, et à cet effet les co-accusés sont maintenus en prison, où ils sont allés dans une voiture perquisitionnée devant nous, assis à sept comme des sardines et nous faisant des signes de main et large sourire sur les lèvres. Jean Takoungang nous a retrouvés à ce moment, alors que dans ma tête cette dernière image d’Enoh restait : tout sourire. Et dans mes mains deux de ses ouvrages dédicacés par lui.

3.       La conférence de presse a eu lieu à la Librairie des Peuples noirs à 10 heures le 8 juin en présence d’une vingtaine de journalistes de presse, télévision, de radio et autres, avec un panel composé de Bergeline, Jean Takoungang qui l’a mise sur pied, Joseph Fumtim et moi, membres du CLE, ainsi que d’Oyezoe, le cousin de Enoh qui nous a rejoints sur le panel, était en contact avec Enoh dès son arrestation à Yaoundé, et qui nous a livré un témoignage sur les détails de cette arrestation, sur les relations complexes de Enoh avec sa famille depuis son arrestation. Témoignage d’une rare honnêteté : une histoire bien étrange au fond, dont la conclusion est que je pourrai rencontrer un frère d’Enoh, le député Zang du RDPC. Sinon la conférence a consisté en la présentation de l’affaire, de la campagne, de la situation juridique. Pour l’honneur du journalisme camerounais accusé malencontreusement de gomboter, les journalistes présents ont cotisé 1500FCFA séance tenante – pour Enoh. Ma joie a été que malgré les appréhensions, la conférence de presse ait effectivement eu lieu.

Par Bergeline Domou

 


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article