Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 02:00

 

2013 et ses objectifs: Ce que nous voulons aujourd’hui   

  Eteki_Otabela.jpgMarie-louise-Eteki1.jpg

              Marie Louise Eteki-Otabela, 

            Présidente de le Coordination des Forces Alternatives

 

 

 

Comme disait Ruben Um Nyobè à la Tribune de la 4è Session de l’Organisation des Nations-Unies le 17 décembre 1952, «notre pays doit progresser vers l’Indépendance». Et au début du discours que nous allons re-écouter ce 15 décembre, il donne quelques explications à propos de ce « projet de l’Indépendance du Kameroun ».

De même, 60 ans après, nous devons vous redire pourquoi ce projet reste le nôtre ! A l’ époque trois reproches principaux était faits aux Upécistes : l’ UPC n’était pas présent à l’ Assemblée (Territoriale)-nous savons pourquoi ; accepter d’entendre son représentant à cette tribune universelle allait donner encore plus de prestige à une organisation que les colons qualifiaient alors de terroriste...et enfin, l’ UPC avait violé les règles administratives en s’adressant directement au Représentant des Nations-Unies au lieu de passer par le Conseil de tutelle pour faire sa demande d’audition.

 

Objectifs immédiats 

Or nous le savons tous aujourd’hui : non seulement l’UPC a été le seul parti qui représentait vraiment l’ensemble de la population camerounaise mais d’avoir été le porte-parole de ce mouvement nationaliste jusqu’à la Tribune des Nations-Unies, a - malgré 50 ans de répression et de clandestinité- donné un prestige historique aux militants nationalistes et par ricochet, la fierté à nous tous, d’être Camerounais ! Il nous faut donc d’abord rassembler tous les résistants au régime en place : c'est-à-dire tous les nationalistes, tous les socialistes et surtout tous les Nouveaux Mouvement Sociaux (appelés partis d’opposition) qui comme la Coordination des Forces Alternatives, ont la prétention d’avoir continué ce combat et qui sont maintenant convaincus que nous n’arriverons à résoudre aucun problème dans ce pays tant que nous ne sortirons pas du régime politique qui nous est imposé depuis 60 ans.

Ensuite Nous devons encore aujourd’hui solliciter le soutien des Nations-Unies si nous voulons sortir pacifiquement de la tutelle de la France. Nous devons remettre l’Organisation des Nations unies devant ses responsabilités : Um Nyobè rappelle dans ce discours la différence entre le régime de Mandat et celui de Tutelle « Les théoriciens de la colonisation laissent aussi accréditer l’idée que le régime de tutelle est la simple continuation du régime de mandat. Mais cela n’est pas vrai. Le régime de mandat a été institué dans l’esprit du Pacte colonial...Le régime du mandat a donc été un camouflage de la colonisation pure et simple et toute substance des pratiques découlant de ce régime dans un pays sous-tutelle des Nations-Unies ne peut que compromettre les buts poursuivis par celles-ci dans le territoire en question... ». Cinquante deux ans de pratiques de la tutelle de la France permettent aujourd’hui à ceux d’entre nous qui peuvent comprendre l’importance de ces enjeux qu’aucun pays ne devient indépendant par décret d’un Etat étranger, d’un autre pays : ce qui est notre cas. Avoir proclamé l’indépendance du Cameroun le 1er Janvier 1960 n’a pas fait du Cameroun un pays souverain...

Enfin, nous devons convoquer et tenir cette Consultation Générale qui nous est refusée depuis 60 ans parce que ce n’est que par l’Assemblée des peuples qui va en sortir que les peuples camerounais pourront –s’asseoir autour d’une table, se regarder dans les yeux, se reconnaître les uns les autres (avec nos défauts mais aussi nos qualités...) et pouvoir enfin se dire : Nous peuples camerounais , rassemblées ici ce matin, décidons de constituer une seule et même Nation et donnons –nous les institutions qui peuvent nous permettre de vivre ensemble sur le Terre de nos ancêtres à nous tous ! Pourquoi ce droit des peuples à disposer d’eux-mêmes nous est refusé depuis des décennies ?

 

Les objectifs de 2013 

Il nous faut donc au moins une année à enregistrer toutes les revendications nationales de nos populations et créer des Commissions spécialisées qui travailleront à trouver des stratégies et des solutions à tous ces problèmes décrits déjà tant et tant de fois dans les livres et les articles. Pour notre Parti, ces préoccupations qui bloquent le développement de notre pays s’articulent autour de trois questions principales qui constituent les « fondamentaux » de notre réflexion et de notre programme politique depuis des années :

- La question de notre Souveraineté implique non seulement de faire le bilan de la gestion de notre fortune nationale ces cinquante dernières années, mais aussi de revoir probablement les Accords économiques qui nous lient aux pays étrangers dans tous les secteurs de notre activité économique afin de faire valoir d’autres modes d’organisation ;

- La question de l’Etat de droit implique de revoir la nature même de nos institutions : instituer des droits inaliénables aux citoyens, une justice indépendante et la question des élections : pourquoi serions-nous les seuls peuples de la terre incapables de trouver des modes de passation de pouvoir autrement que tragiques ! Comme depuis 60 ans, l’Etat-Parti s’organise déjà pour continuer à piller le pays à l’occasion de la nième mascarade électorale prévue en 2013. Le Mouvement de résistance que nous convoquons ce 15 décembre doit prendre les devant et montrer – en organisant les primaires de « l’Opposition », que nous sommes capables de mieux faire.

- La question du tribalisme qui mine notre Société et toute conscience de l’intérêt général dans ce pays. Il existe des contributions importantes (historiques et sociologiques) sur ce problème de l’unité nationale. Nous ne devons pas continuer à faire l’autruche...C’est comme je l’ai dit dans une de mes chroniques « l’arme fatale » pour détruire nos pays et dans tous les cas bloquer notre humanité au stade primaire et élémentaire sous le fallacieux prétexte d’identité. La question qui reste à ce jour sans réponse est : pourquoi les Africains seraient les seuls peuples au monde dont la conscience identitaire n’est faite que d’un seul élément : la tribu ? Tant que nous n’aurons pas de réponse satisfaisante à cette question, notre parti sera le seul (sur les 300 ?)à préconiser l’abolition des tribus...

 

La libération du Peuple Camerounais 

Comme nous le disons dans nos statuts (article 1er) depuis 1997
Le but de la Coordination est de la création de conditions d'une réelle alternative politique, économique et sociale au Cameroun. Les objectifs de la CFA sont à cet effet :
- La libération de l'État camerounais du totalitarisme
- La libération de l'économie camerounaise de l'impérialisme
- La libération des femmes camerounaises du patriarcat et donc du tribalisme

Rien que ce dernier aspect de la libération de plus de la moitié de ce peuple est tout un combat etl’histoire de ce combat fait également référence aux différentes stratégies que les femmes ont conçues à travers les âges sur toute l’étendue de la Terre.

1. Rechercher le dialogue

2. Etablir des relais

3. Créer des lieux de formation et d’échanges

4. Peser sur les instances et les orientations politiques

5. Alerter l’opinion, on parle aujourd’hui de « plaidoyer »

6. S’appuyer sur la laïcité, valeur fondatrice de la république !

7. Inscrire la parité dans les Constitutions et les institutions

8. Promouvoir les candidatures de femmes à tous les postes et fonctions électifs

9. S’associer à tous les combats pour la reconnaissance des droits des femmes

Sur la longue durée, dans le passé comme dans l’avenir, il s’agit de modifier la conscience sociale pour faire prévaloir l’intérêt des femmes aussi, ce qui ne peut que favoriser le développement d’une autre approche de la politique.

Pour ce faire, nous avons ensuite mis en œuvre un certain nombre de mécanismes :

- Des assemblées des femmes de l’Egypte pharaonique aux rébellions des femmes dans nos sociétés traditionnelles du Cameroun.

- De la Déclaration universelle des droits des femmes d’Olympe de Gouges (1791) aux ministères de la condition féminine imposés par les Nations-Unies;

- Des centaines et de milliers d’associations de femmes camerounaises (de lutte contre les violences faites aux femmes) ...aux lois sur la parité en France, sur le statut des femmes dans des Codes de la famille.

Tout cela en près de trois mille ans n’a pas pu nous garantir une société qui fonctionne sur la base de nos valeurs fondamentales aussi : le bonheur, le courage et ...la beauté. Tout le monde dit aujourd’hui que : le degré de démocratie d’un pays se mesure au statut réservé aux femmes.

C’est quoi le statut des femmes au Cameroun ? Une parmi nous a dit qu’elle n’a rien trouvé sur la parité au Cameroun ! Prenons seulement depuis la fin de la 2è guerre mondiale : tout ce que les femmes ont fait au Cameroun pour « féminiser un peu plus notre société » tout cela n’apparait nulle part : pas plus sur Internet que dans nos consciences ! Mais on nous balance régulièrement que « les femmes sont les piliers de la société » !

- Lutte pour l’indépendance : combien sont mortes dans les maquis et les camps de la mort ? On nous a « accordé » le droit de vote, depuis 1946 et alors, il nous sert à quoi depuis 50 ans ? Regardons notre représentativité dans les lieux de « leur » Pouvoir ! Nous a-t-on jamais demandé notre avis sur un seul problèmeconcernant la gestion de ce pays ? Qu’il s’agisse des questions de souveraineté national, des questions de droit nous concernant et encore moins des affaires touchant l’avenir des enfants que nous mettons au monde chaque jour en risquant nos vies !

- Travail de production et de reproduction : aucune rémunération, des générations de femmes, nos mères et grands-mères mortes dans la misère ! Ce travail n’apparait même pas dans la comptabilité nationale si tant est qu’il y en ait une ! Combien de femmes riches y a t-il au Cameroun ? L’Opération « Epervier » en a attrapé combien ? Non contents d’avoir tant et si bien pillé ce pays que les hommes qui gèrent nos vies, nos familles en viennent aujourd’hui à organiser des circuits de trafics de nos bébés... et bientôt je vous le dis, ce sera nos utérus !

- Luttes pour nos droits sociaux : aller à l’école, avoir un travail salarié, un compte en banque, contre les violences, pour êtres des citoyennes à part entière, porter le pantalon, disposer de notre corps, décider de notre maternité comme travailler à notre épanouissement personnel reste un privilège, etc ... on en vient à regretter le temps des médailles aux familles nombreuses... Nous avons dû nous battre au Cameroun pour porter le pantalon si pratique et encore, il reste des endroits publics interdits aux femmes en pantalon dans notre pays...

 

Alors les femmes ont décidé de reprendre l’initiative...  

Dans toutes nos langues traditionnelles la femme reste la « chose » de quelqu’un !Si nous devons « travailler sur la Parité », il nous faut :

1 - une volonté politique forte si tant est que nous sommes vraiment les piliers de notre société ! Cela ne peut se limiter à un simple décret ni même une loi sur la parité tant nous en avons vu les limites sous d’autres cieux. Cela va chercher loin dans notre passé, très loin... au bord du Nil, pour renouer avec notre tradition de bicaméralisme politique. Voilà pourquoi, le CRI des femmes camerounaises avait lancé « l’opération 100 femmes au Parlement » en mars 2007

2- Cela nous permettra de résoudre de nombreux problèmes qui restent sans solution depuis au moins 50 ans dans ce pays. Voilà pourquoi le CRI des femmes camerounaises propose une assemblée des peuples camerounais depuis 2008 et que le Cardinal Tumi nous a répondu en disant qu’un véritable espace de débat politique doit donc s’ouvrir.

3 - En tout état de cause, il s’agira pour nous de continuer à travailler aussi pour la Nation toute entière et en particulier pour les jeunes femmes qui sont notre avenir. Voilà pourquoi, ce 8 mars 2012, une jeune femme, a proposé l’ouverture d’une Université des femmes pour promouvoir la reconquête d’espaces élargies de (l’autre) parole et des connaissances des femmes car cela fait partie de notre héritage culturel comme Cheik ANTA DIOP nous y invitait il y a 30 ans :

« De l’étude de notre passé, nous pouvons tirer une leçon de gouverner. La régime matrimonial aidant, nos ancêtres, antérieurement à toute influence étrangère, avaient fait à la femme une place de choix. Ils voyaient en elle, non seulement la courtisane, mais la mère de famille. Ceci est vrai depuis l’Egypte pharaonique jusqu’à nos jours. Aussi, les femmes participaient-elles à la direction des affaires publiques dans le cadre d’une assemblée féminine siégeant à part mais jouissant de privilèges analogues à celles des hommes... »

 

Marie Louise Eteki-Otabela, 

Présidente de le Coordination des Forces Alternatives

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

l'auteur : Marie Louise Eteki Otabela 20/12/2012 19:33


C'est joliment présenté : merci !

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine