Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de afrohistorama.over-blog.com

VIDEO DE LA CONFERENCE du 11 JUIN SUR LA COTE D'IVOIRE AU NATIONAL PRESS CLUB DE WASHINGTON.

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

VIDEO DE LA CONFERENCE du 11 JUIN SUR LA COTE D'IVOIRE AU NATIONAL PRESS CLUB DE WASHINGTON.




http://www.youtube.com/watch?v=XdcCM6cNk4Y

Lire la suite

Cote d'ivoire: Moïse Lida Kouassi, l’éternelle vraie victime ; alors arrêtez la méchanceté gratuite !

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

Moïse Lida Kouassi, l’éternelle vraie victime ; alors arrêtez la méchanceté gratuite !

Roska1.jpg

Chez nous en Côte d’Ivoire, beaucoup de gens se plaisent à vivre de rumeurs ou de méchanceté gratuite, au point d’en faire un métier.

Des gens transforment la méchanceté et la jalousie qui les caractérisent en sources de  rumeurs qu’ils servent aux populations sans remords. Or, les rumeurs sont les produits des cons et des idiots. Malheureusement, les cons et les idiots experts en rumeurs insensées, ce n’est pas ce qui manque dans notre société.

 

Moise-Lida-Kouassi.jpg Moise Lida Kouassi


          Pour comprendre cette triste réalité, il suffit de lire les chiffons et les salades de quelques affamés qui polluent le monde noble des journalistes ; des "journaleux" on les appellerait qui cherchent à se faire remarquer afin de pouvoir profiter de quelques enveloppes ne contenant que des miettes… Leur affirmations sur ce qu’il conviendrait d’appeler le cas Lida Kouassi Moïse est tout simplement pitoyable quand on sait qu’ils racontent des âneries, car ne procédant aucune information fiable pour écrire leurs papiers si ce n’est sur la base de rumeurs qui pourrissent un peu plus chaque jour le contexte socio-politique de notre pays.

1.     Voyez-vous que des gens s’étonnent que Lida ne soit pas mort le 19 Septembre 2002, jour du coup d’Etat contre le pouvoir de Gbagbo alors que Boga Doudou est mort… Cela aurait suffi pour l’accuser d’avoir vendu Boga…

Face à cette situation, on peut bien se poser la question suivante : Lida et Boga dormaient-ils dans le même lit le jour de cette attaque? D’ailleurs lorsqu’on dort dans le même lit et qu’il y a un danger, chacun saute du lit et se cache là où son instinct le conduit. Par malchance, certains peuvent être découverts dans leurs cachette par les agresseurs et se faire assassiner, tout comme d’autres peuvent avoir la chance de ne pas se faire prendre et devenir des rescapés de la situation. C’est le cas de cette star internationale de la musique, Corneille, originaire du Rwanda qui serait le seul rescapé de sa famille, parce que s’étant caché derrière le divan pendant que le reste de sa famille était froidement assassiné par les agresseurs dans la guerre de ce pays.

Si cela s’était passé en Côte d’Ivoire, il y aurait eu des gens pour dire que Corneille a vendu ses parents aux agresseurs pour se faire une place au soleil.

 

2.     Dans d’autres camps, des gens ont accusé Lida d’avoir donné l’ordre de tuer le Général Guéi et sa famille… Oh oui ! Le coup d’Etat du 19 Septembre 2002 a causé assez de tort à la Côte d’Ivoire ! La preuve, on ne sait pas encore combien d’êtres humains le pays a perdu ce jour-là ni qui a fait quoi exactement… Néanmoins, que Dieu ait pitié de nous tous et qu’il nous aide sur la bonne voie!

 

3.     Des gens ont accusé Lida de tous les noms, d’avoir aidé Mr Alassane Ouattara à s’exiler à l’ambassade de la France, le  même 19 Septembre 2002, prenant ainsi Lida pour la cause de tous les malheurs de la Côte d’Ivoire.

 

Selon les rumeurs produites par ses détracteurs, Lida aurait fait tuer son frère Boga Doudou et son adversaire politique Guéi Robert; mais aurait dans le même temps, sauvé la vie de Mr Ouattara. Du coup, Lida aurait été le « magicien-démon » d’un côté et le « pasteur-ange » de l’autre côté, qui a pu faire tout ça en un jour et peut-être même au même moment, si on suit bien les rumeurs de tous les côtés…

Mais Diantre! Comprenez que tout le monde n’est pas né pour être assassin! Le tort que vous avez causé à Lida pour la simple raison que « c’est à cause de lui que vous n’avez pas pu tuer Mr Ouatara en 2002 », n’a pas de sens dans la logique de ce Dieu que vous invoquez en vain! Lida a subi toutes les humiliations parce qu’il se serait comporté comme un pasteur selon certains. Il a été trainé dans toutes les boues, pardon toutes les bouches dans la méchanceté politicienne… Malgré toutes ses tentatives de s’expliquer les extrémistes n’ont jamais abandonné leur dessein de le noyer à tous les prix. Cela a été fait dans la mesure où il avait tout perdu avant la fameuse crise postélectorale.  Je dis bien TOUT ! Les détails ne sont pas importants ici. Alors quand tout le monde se retrouve en exil, Dieu seul sait ce qui l’a conduit dans cette triste et humiliante situation actuelle.  Les problèmes de leadership, de positionnement et mêmes ethniques ayant dépassé les frontières ivoiriennes, Lida a eu sûrement tort de faire confiance à ceux qui ne se sont pas fait prier hier pour le casser politiquement, financièrement, comme familialement, en leur ouvrant ses portes…

Chers experts en rumeurs (toute tendances confondues) produites dans vos usines de la méchanceté gratuite, svp, arrêtez vos bêtises qui ont déjà fait assez de tort à la Côte d’Ivoire !

En attendant que ses avocats se prononcent pour mieux éclairer l’opinion générale sur « les documents exclusifs d’Hamback », il serait intéressant que vous les « noyeurs » de Lida tapis dans ce qu’il a considéré naïvement comme son propre camp, vous vous reposiez un peu dans vos rumeurs et sale besognes! Cela est aussi valable pour vous qui n’êtes pas de son camp…

Lida a suffisamment souffert hier dans vos accusations gratuites et méchantes ; aujourd’hui encore vous jouissez de produire des rumeurs sur son compte sur la base de ce que vous savez bien et préférez dire le contraire ou alors de ce que vous ne savez point, mais choisissez d’inventer pour vous éterniser dans la malédiction qui se répercute sur tout le pays !

Arrêtez svp ! Il s’agit ici de la vie de tout un peuple qui est en jeu.  Alors, arrêtez vos petits jeux d’inconscients svp !  

Quand on compare le respect et l’affection que Lida avait pour Boga Doudou, et vos rumeurs après la mort de ce dernier, on comprend que la politique ivoirienne est pire que la sorcellerie qui ne sait faire que le mal…

Lida est cet homme qui préférait qu’on serve à manger aux « étrangers » avant que ses propres enfants ne soient servis à table. J’ai fait partie de ces étrangers à un moment de ma vie et je sais de quoi je parle.

Ce monsieur, l’ayant côtoyé comme un tuteur, ne peut même pas tuer une mouche, parce que si humain il est! Je me demande aujourd’hui de quel Lida les gens parlent au juste ? La politique est-elle si cruelle ???

Le comble! Un homme qui, avant cette crise postélectorale ne savait même plus comment subvenir à ses propres besoins, comment nourrir ses enfants, conséquences de ses misères que ses concurrents dans son camp lui ont causées ; c’est lui qu’on veut poursuivre pour crime économique ??? Ne me faites pas rire, pardonnez, l’affaire est sérieuse !

On dit bien que tout chemin mène à Rome ; est-ce à dire que tout chemin mène à l’apaisement, à la réconciliation, à une paix durable et au développement???

Souvenons-nous de Nanan Houphouët qui disait : « Il n’y aura pas de paix tant que la force paraîtra l’unique recours possible pour dénouer des situations intolérables ... »

A bon entendeur, on est ensemble ! Ou alors, apprenons à être ensemble, puisque nous sommes ensemble…

Dieu ait pitié de notre pays et de notre continent !

Soyez richement béni !

Copenhague, 14 Juin 2012

Rosalie Kouamé «Roska»

Présidente Fondatrice - Fondation Roska

roska_net@hotmail.com roska_net@yahoo.com  

Blog: http://roskanews.africaview.net 

 

Lire la suite

Africains d'Europe: Pourquoi nous taisons nous sur les meurtres sur les togolais par le clan Eyadema?

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Africains d'Europe: Pourquoi nous taisons nous sur les meurtres sur les togolais par le clan Eyadema?

Gnassingbe Fils Le dictateur en personne

 

On ne peut plus accepter que des populations africaines qui ont le plus souffert de l'esclave (Dahomey) soient prises en otage depuis 42 ans par une dynastie de despotes. Quand l'opinion dite internationale (càd la France dans le cas du Togo) se tait devant les exactions des Eyadema (père et fils), nous comprenons. Mais quand les africains font semblant de ne rien voir, rien entendre pour ne rien dire, c'est ecoeurant. En Afrique, ils sont pris en otage. Mais que faisons nous ici, nous qui sommes libres de nous exprimer et d'agir?

Par René Titilo

 

Objet: L''OBSERVATOIRE: TOGO, M. Célestin Agbogan malmené et interpellé

APPEL URGENT - L'OBSERVATOIRE: TGO 001 / 0612 / OBS 060, Mauvais traitements / Interpellation /Libération Togo, 14 juin 2012

 

 

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), vous prie d’intervenir de toute urgence sur la situation suivante au Togo.

 

Description de la situation :

 

L'Observatoire a été informé par la Ligue togolaise des droits de l'Homme (LTDH) d'actes de mauvais traitements infligés à M. Célestin Agbogan, secrétaire général de la LTDH, et de son interpellation par les forces de l'ordre togolaises.

 

Selon les informations reçues, le 13 juin 2012, M. Célestin Agbogan a été victime de mauvais traitements perpétrés par plusieurs agents des forces de l'ordre togolaises dans le centre ville de Lomé, dans le cadre d'une manifestation pacifique réprimée par des tirs de balles en caoutchouc et par l'utilisation de gaz lacrymogènes. M. Célestin Agbogan avait tenté peu avant ces faits d'engager le dialogue avec les agents de la sécurité, notamment avec le Commandant Amah, afin de leur demander de cesser leurs tirs de grenades lacrymogènes contre l'église dans laquelle des manifestants s'étaient réfugiés. Environ dix agents de la gendarmerie nationale s'en sont alors pris à M. Célestin Agbogan et l'ont sérieusement molesté à coups de matraque. Ce dernier a par la suite été emmené en fin de matinée dans une voiture vers le siège de la Gendarmerie nationale. Il a été relâché peu avant 14 heures.

 

Cette manifestation, organisée par le collectif "Sauvons le Togo", visait à dénoncer « les violations des droits de l'Homme dans le pays, l'instrumentalisation de la justice ainsi que la mauvaise gouvernance », et avait pourtant été autorisée selon la procédure de la déclaration préalable. Une manifestation similaire avait été organisée la veille par le même collectif, lors de laquelle les autorités avaient brutalisé certains manifestants.

 

L'Observatoire dénonce fermement l’usage excessif de la force à l'encontre de M. Célestin Agbogan, et s'inquiète particulièrement du fait que cette manifestation ait été réprimée alors qu'il s'agissait d'un rassemblement pacifique régulièrement déclaré auprès des autorités togolaises.

 

Actions requises :

 

L’Observatoire vous prie de bien vouloir écrire aux autorités togolaises en leur demandant de :

i.         Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de M. Célestin Agbogan et de tous les défenseurs des droits de l’Homme togolais ;

 

Lire la suite

Crimes médiatiques ou les conséquences meurtrières de la désinformation.

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Crimes médiatiques ou les conséquences meurtrières de la désinformation.

 NATO-WarCrimeLibyaRape34

Depuis la chute du mur de Berlin, l’emprise des médias atlantistes sur les opinions publiques occidentales, au lieu de décliner en raison de la disparition de la menace communiste, s’est développée au point de supprimer quasiment toutes les voix dissidentes des canaux d’information non marginaux ou alternatifs. En France, pays un peu plus rétif que ses voisins à la mainmise atlantiste, ce travaille de nettoyage médiatique a été achevé par Nicolas Sarkozy avec l’aide de personnalités néoconservatrices comme Christine Ockrent ou Philippe Val (legs sur lequel le nouveau Président très atlantiste ne reviendra évidemment pas).

 

Il en résulte un unanimisme de l’information dont on pourrait s’accommoder en invoquant l’imperfection des Homo Sapiens s’il n’avait pour objectif principal de cacher des crimes de masses dont les élites dirigeantes des démocraties occidentales se rendent coupables avec une impunité déconcertante. 

Les crimes médiatiques sont une composante à part entière des crimes politiques plus généraux qui ensanglantent la scène internationale où nos dirigeants déchaînent leur volonté de puissance. Sans une complicité active des médias atlantistes avec les élites occidentales les guerres en Irak et en Afghanistan, le dépeçage de la Libye et la descente aux enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement. 

Ainsi, il y a eu crime médiatique quand l’Otan a décidé d’attaquer l’Afghanistan dans la foulée des attentats du 11-Septembre parce que les médias ont refusé sciemment d’interroger les motivations de l’administration Bush dans cette guerre et de questionner la responsabilité directe des néoconservateurs dans ces attentats. 

Il y a eu crime médiatique quand les États-Unis et leurs alliés ont envahi l’Irak en 2003 parce que les médias ont relayé volontairement de fausses informations sur la présence d’armes de destruction massive. 

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye, quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques intellectuels atlantistes (dont J.B. Botul), donner le pouvoir à des milices wahhabites proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront jamais les bénéfices (moraux ou matériels). 

Il y a crime médiatique quand les médias attribuent de manière opportune la paternité des massacres en Syrie (Houla) au clan au pouvoir pour faire tomber un régime qui ne répond plus à leurs objectifs dans la région ; il y a crime médiatique quand l’Occident peut, sans que les médias ne s’en émeuvent, armer des groupes terroristes, organiser des massacres de civils et apporter la guerre civile et religieuse dans un pays en paix. 

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont choisi de taire le soutien des États-Unis à un coup d’État au Honduras en 2009 et que ce silence couvre les cris des torturés et des suppliciés. 

Il y a un crime médiatique quand les médias passent sous silence les implications pour les libertés fondamentales de la loi NDAA votée par l’administration Obama en décembre 2011 qui autorise les détentions arbitraires (des citoyens américains ou étrangers) comme au temps de l’absolutisme royal en France. 

Il y a crime médiatique quand aucun grand média ne cherche à expliquer les raisons et les dessous de la guerre contre le terrorisme ni l’alliance des Occidentaux avec les défenseurs du terrorisme islamique (Arabie Saoudite et Qatar). 

Il y a eu crime médiatique dans tous ces exemples parce que les médias mainstream ont délibérément choisi de se faire les porte-parole d’une élite à la quelle ils appartiennent ou à laquelle ils s’identifient, élite qui commet, de manière répétée, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité contraires aux valeurs des Lumières. 

L’incompétence n’est pas une excuse suffisante pour écarter la responsabilité directe des médias dans les crimes que nous avons mentionnés (d’autant que les médias alternatifs ont offert ou offrent des analyses précises et pertinentes sur l’ensemble de ces événements). L’incompétence ne peut pas être, en effet, à ce point partagée, voire unanime, tandis que la soumission volontaire à la parole officielle peut l’être en raison du commun dénominateur qui caractérise l’ensemble des médias qui comptent pour forger l’opinion des bourgeois cultivés : l’idéologie atlantiste. En effet, sans une idéologie commune et puissante capable de souder ensemble les intelligences humaines les plus diverses, autant d’erreurs et d’approximations dans l’information ne pourraient pas être commises de manière répétée et à propos de la plupart des événements cruciaux. 

Nul besoin ici de mentionner tous les crimes médiatiques commis par les médias atlantistes tant la liste est longue et presque sans fin. Nous voulions juste rappeler l’évidence suivante au moment où le traitement médiatique du drame syrien semble atteindre en Occident un degré d’abjection rarement égalé : la désinformation tue des innocents. 

Aux citoyens de rendre leurs journalistes comptables de celle-ci lorsque cette désinformation est manifestement volontaire, à défaut d’en accepter la part d’ombre pour soi-même et de démobiliser sa conscience face à la brutalité du monde. Aux citoyens de s’organiser pour faire tomber les tyrannies médiatiques qui dominent les opinions publiques occidentales. Pour que cessent les crimes des mass media.

Source : legrandsoir.info

 

Lire la suite

Comment la CIA mène la "guerre psychologique".

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Comment la CIA mène la "guerre psychologique". 

 

11 septembre

Comment se préparent les agressions de Bush (Venezuela, Palestine Liban, Irak, Afghanistan, Kosovo...) ? Par une intense "guerre psychologique" basée sur la désinformation et organisée par la CIA.
Pour bien évaluer cette activité de la CIA, il faudrait connaître les théories qui la fondent. Pas facile. Elle a pour principe d’être discrète. Heureusement pour nous, un militaire britannique l’a été beaucoup moins…

Extrait de la préface rédigée pour l'ouvrage d'Eva Golinger - Code Chavez, CIA contre Venezuela, page 24
http://www.michelcollon.info/commander.php

En 1970, après avoir « brillamment » servi dans la répression des mouvements anticoloniaux au Kenya, en Malaisie, à Chypre, le général britannique Kitson est nommé en Irlande, avec pour mission d’y coordonner la répression. Cette expérience, il va l’exposer dans un livre exceptionnel, et très cynique, intitulé « Opérations de basse intensité – Subversion, insurrection et maintien de la paix ». Livre publié en 1971 et très vite retiré de la circulation . Kitson y expose toute sa doctrine de la « guerre spéciale »…

Kitson, leur père à tous

Tout général qu’il soit, Kitson considère que la répression militaire et policière classique n’a aucune chance de réussir sans une « campagne pour gagner les cœurs et les esprits », qu’il appelle « guerre psychologique stratégique ». Que recouvre ce terme mystérieux ? Cela se clarifie quand on examine l’ensemble des méthodes prônées, et utilisées, par Kitson :
- Former tous les cadres importants des ministères (Armée, Affaires étrangères…) aux techniques de « psy ops » (manipulations psychologiques de l’opinion).
- Monter de « pseudo-gangs » qui recueilleront un maximum d’informations. Mais qui, surtout, en menant des « coups » attribués à l’ennemi, permettront de le discréditer.
- Employer les « forces spéciales » (SAS) pour réaliser des attentats qui seront attribués à l’ennemi afin d’augmenter la tension et justifier la répression.
- Créer des diversions, par exemple en provoquant une « guerre de religions ».
- Fabriquer de faux documents (« black propaganda ») qui seront attribués à l’ennemi afin de le discréditer.
- Infiltrer des agents, ou recruter des traîtres (par chantage ou corruption), au sein des organisations de l’adversaire toujours afin de le discréditer, voire de provoquer des scissions.
- Militariser l’info de la BBC et y censurer totalement le point de vue adverse.
- Filtrer l’information à destination de la presse internationale, et s’y assurer des complicités.
- Fournir des documents photographiques pour influencer l’opinion.
- Utiliser des journalistes comme espions sur le terrain.
- Utiliser la musique pour attirer des jeunes avec un message apparemment « dépolitisé ».
- Mettre en place et populariser de faux mouvements « spontanés », présentés comme neutres et indépendants, en réalité financés et téléguidés afin de diviser et affaiblir le soutien au camp adverse.

Ce dernier point est particulièrement important. En Irlande, Kitson mit en place un « Mouvement pour la Paix », que la presse internationale présenta comme une initiative « spontanée », mais qui était en réalité financé par Londres et Washington. Deux femmes, dont le passé fut soigneusement caché, furent présentées comme des « citoyennes ordinaires » et reçurent tous les fonds et la publicité nécessaire pour se créer une large réputation et diminuer le soutien à l’IRA. En Irlande même, elles furent, après un an et demi, démasquées et discréditées, mais pas à l’étranger.
Pseudo-gangs, pseudo-attentats, opérations « psy ops », contrôle et manipulation de l’info, faux documents, infiltration d’agents, recrutement de traîtres, fabrication de faux « mouvements spontanés ». Toutes ces méthodes forment un tout : la doctrine Kitson. Que son auteur résume de la façon suivante :

« La guerre psychologique stratégique poursuit des objectifs à long terme et principalement politiques. Elle a pour but de détruire la volonté d’un ennemi ou d’un groupe hostile, de combattre et de réduire sa capacité à poursuivre la guerre. Elle peut être dirigée contre le parti politique dominant dans le pays ennemi, le gouvernement et/ou la population toute entière (nous soulignons) , ou des éléments particuliers de cette dernière. Tout cela est planifié et contrôlé par la plus haute autorité. » (p.101)
Cette citation résume l’essence de la « doctrine Kitson » :
1. L’ennemi n’est pas seulement un adversaire armé. C’est toute une population.
2. Ce qui est décisif, c’est la « bataille des idées et de l’information ». Pour la gagner, tous les moyens sont bons.
3. Toute cette bataille est placée sous le commandement global des autorités politiques et militaires.

Cette doctrine Kitson ne s’applique-t-elle qu’à des situations d’occupation militaire et de résistance ? Non. Kitson avertit : « L’armée doit se préoccuper et se préparer à faire face aux mouvements populaires longtemps avant qu’ils ne prennent la forme d’un soulèvement violent. » (p.32)
(...)
La pieuvre à l’oeuvre
Après ses succès en Irlande, la doctrine Kitson devint la doctrine officielle des services britanniques et occidentaux, et celle de l’OTAN. On la retrouvera appliquée dans tous les grands conflits de ces dernières années. Particulièrement dans les programmes que Washington appelle « changements de régime » et qu’il faudrait plutôt appeler « coups d’Etat ».
Extrait de la préface rédigée pour l'ouvrage d'Eva Golinger - Code Chavez, CIA contre Venezuela, page 24
source : Michel Collon
 

 

Lire la suite

Barack Obama, seigneur des drones tueurs.

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Barack Obama, seigneur des drones tueurs.

Official portrait of Barack Obama

Barack Obama est un mordu des drones tueurs… Se référant à un article du New York Times (1), le journaliste Karel Vereycken (2) rapporte que :

« chaque mardi lors d’une vidéo conférence sécurisée réunissant une centaine de responsables du terrorisme, Obama dresse personnellement la liste des militants présumés d’Al-Qaïda à éliminer par drone prédateur. A partir de biographies proposées par ses conseillers, Obama interroge les experts et demande l’âge du suspect, avant de sélectionner les courtes biographies de ces ennemis des Etats-Unis… » …( …) …

« Que le pays où sont assassinées les victimes ne soit pas en guerre contre les Etats-Unis, que ces futures victimes aient été « choisies » dans le plus grand secret, sans le moindre procès, qu’ils soient citoyens américains ou non, tout cela n’a aucune importance, tant que c’est le Président en personne qui prend la décision ».

Des centaines de victimes innocentes

Au Pakistan, en Afghanistan et au Yémen, les victimes collatérales des drones se comptent par centaines. Selon Paul Harris, dans The Guardian (3), « le Bureau du journalisme d’investigation (BIJ), basé à Londres, estime qu’environ 830 civils, dont des femmes et des enfants, auraient perdu la vie lors des attaques de drones au Pakistan, 138 au Yémen, et 57 en Somalie. Des centaines d’autres ont été blessés ». Comme le remarque aujourd’hui Robert Grenier, ancien directeur du centre de contre-terrorisme de la CIA de 2004 à 2006, les Etats-Unis se créent plus d’ennemis qu’ils n’en suppriment sur le champ de bataille. Le problème, c’est que 83% des Américains approuvent l’utilisation de drones tueurs - d’après un sondage du Washington Post publié en février dernier - avec, parmi eux, 77% de démocrates libéraux. Explications données par le journaliste Michael Cohen (4) : les drones ne sont pas chers et tuent des « méchants », tout en maintenant les GI’s loin des zones à risques.

Si – selon un récent sondage du Centre de recherche Pew (5) - 69% des Français se disent globalement satisfaits de la politique étrangère étasunienne, 63% réprouvent l’utilisation de drones tueurs. On est loin de l’image d’Epinal d’Obama humaniste vendue par les communicants de la Maison-Blanche.

Par Gilles Munier

 

(1) Secret ‘Kill List’ Proves a Test of Obama’s Principles and Will, par Jo Becker et Scott Shane (NYT – 29/5/12)  

http://www.nytimes.com/2012/05/29/world/obamas-leadership-in-war-on-al-qaeda.html?pagewanted=all

(2) Obama, seigneur des drones, menacé d’un Watergate ? par Karel Vereycken (Nouvelle Solidarité - 15/6/12)

(3) Drone attacks create terrorist safe havens, warns former CIA official (The Guardian – 5/6/12)  

http://www.guardian.co.uk/world/2012/jun/05/al-qaida-drone-attacks-too-broad

(4) Why Americans love Obama's kill list Transparent? No, but it keeps us safe

par Michael A. Cohen (Washington Post – 10/6/12)

http://www.concordmonitor.com/article/334929/why-americans-love-obamas-kill-list?page=full

(5) Global Opinion of Obama Slips, International Policies Faulted

Selon le Centre de recherche Pew, 28% des Etatsuniens réprouvent l’utilisation de drones tueurs. Dans d’autres pays cités, les chiffres sont les suivants : Turquie (81%), Espagne (76%), Brésil (76%), Japon (75%), Russie (68%), Egypte (89%), Jordanie (85%), et Tunisie (72%)… Les résultats du sondage effectué au Pakistan seront publiés ultérieurement !

http://www.pewglobal.org/2012/06/13/chapter-1-views-of-the-u-s-and-american-foreign-policy-4/

 

Lire la suite

RÉACTION AU PLAN DE OBAMA POUR L’AFRIQUE A 4 MOIS DE LA FIN DE SON MANDAT.

16 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

RÉACTION AU PLAN DE OBAMA POUR L’AFRIQUE A 4 MOIS DE LA FIN DE SON MANDAT.

Pougala-copie-1de Jean-Paul Pougala

 

Jeudi dernier, le 14/06/2012, Obama a sorti la plus drôle blague de l'année : il a un plan pour sauver l'Afrique. Pire, il découvre que l'Afrique se développe malgré ses bombes. Il dit que la Côte d'Ivoire a été une victoire, que la Libye a été une victoire. Il dit que diviser le Soudan en plusieurs morceaux a été son succès en Afrique. 

 

On a envie de lui demander, sur quelle planète il vit. 

 

On a envie de lui demander si prendre un otage un chef d'Etat Africain (Laurent Gbagbo) confiné dans une cellule du cirque hollandais de la Haye dénommé TPI est un succès? 

 

On a envie de lui demander s'il peut aller en vacance dans cette nouvelle Libye version Obama avec son épouse et ses 2 filles. Même le consulat américain dans le fief le plus sûr du CNT à Benghazi est pris pour cible des bombes quotidiennes. La solution : les médias qui hier ont tous dit qu'il fallait aller bombarder la Libye pour y chasser un dictateur et installer la démocratie, ont tout simplement choisi de mettre la tête sous le sable et garder le silence sur les nombreux morts quotidiens dans ce pays. Ils préfèrent continuer de mentir sur les contrats de gaz, de supermarchés français etc... bravo Obama, votre plan pour l'Afrique ? 

 

Merci, mais nous n'en voulons pas, on en a trop vu. Donnez-le au peuple américain, appliquez-le à votre propre population qui sombre chaque jour dans la misère la plus profonde et qui depuis 4 ans n'a toujours pas vu l'ombre de solution à ses problèmes de pauvreté venant de vous. Comment pouvez-vous sauvez un continent de 1 milliard d'habitants, si vous n'arrivez pas à donner du travail au peuple américain qui vous a voté pour cela ? 

 

Obama dit qu'il veut contrer les Chinois en Afrique. Après avoir tenté de freiner les investissements chinois sur notre continent, maintenant il trouve que la solution miracle c'est de déchaîner ses spéculateurs sans foi ni morale en Afrique pour contrer les chinois. En seulement 5 mois de pouvoir, aura-t-il le temps de comprendre qu'il est complètement à coté de la plaque ? Mais après le plan de Tony Blair il y a 10 ans pour lui aussi contreer a Chine en Afrique, les plans de 7 des 10 candidats aux dernières élections présidentielles françaises du 22/04/2012 pour freiner la Chine en Afrique etc. la question qui me tourmente depuis 10 ans est: pourquoi ne s'inquiètent-ils pas des mêmes investissements chinois en Amérique du Sud? pourquoi Obama n'a pas la meme vigueur pour barrer la route à la Chine dans son propre pays? pourquoi l'Afrique ? et seulement l'Afrique ? Si ce n'est toujours et toujours nous voir comme leurs propriété, leurs esclaves en jachère. (la suite de cet article sera disponible lundi 17/06/2012) JPP

 

D'ici là, Lisez ceci :

 

Benghazi en proie à une série d'attentats anti-occidentaux

Le Monde.fr | 15.06.2012 à 19h23 • Mis à jour le 15.06.2012 à 19h23

 

Par Benjamin Barthe

Benghazi est secouée depuis un mois par une série d'attentats qui prennent pour cibles des symboles de la présence ou du style de vie occidentaux en Libye. Revendiquées par d'obscures groupuscules islamistes, ces attaques qui n'ont pas fait de morts mais que les autorités semblent pour l'instant impuissantes à endiguer, suscitent une inquiétude croissante. Mardi 12 juin, le quotidien panarabe Al-Quds Al-Arabi, basé à Londres, se demandait en titre de son éditorial : "Al-Qaida s'attaque-t-il à Benghazi ?".

La préoccupation est d'autant plus grande que cette vague de violences survient à trois semaines d'une échéance cruciale pour l'avenir de la Libye post-révolutionnaire : l'élection d'une assemblée constituante, le 7 juillet, censée remplacer le Conseil national de transition (CNT), le bras politique de la rébellion anti-Kadhafi, qui pilotait jusqu'à ce jour la transition.

 

MULTIPLES ATTENTATS 

 

Le dernier attentat en date a visé un salon de beauté, mercredi 13 juin, dont la devanture a été mitraillée par des individus circulant en voiture. Personne n'a été blessé dans les tirs. Selon le Libya Herald, un site d'informations libyen, la propriétaire, Ghazaleh Bahja, avait auparavant reçu des menaces d'un groupe d'hommes inconnus qui lui avait intimé de fermer sa boutique. Deux jours plus tôt, le convoi transportant l'ambassadeur britannique en Libye faisait l'objet d'une attaque à la roquette.

 

Deux de ses gardes du corps ont été blessés dans l'embuscade, qui aurait été conduite, selon une vidéo envoyée aux autorités locales, par des extrémistes se réclamant d'Al-Qaida.

 

Mardi 5 juin, c'est la mission diplomatique américaine à Benghazi, qui était victime d'un attentat à la bombe. L'explosion, qui n'a fait que de faibles dégâts, a été revendiquée par "Les brigades du cheikh emprisonné Omar Abdul Rahman", selon l'agence américaine SITE, spécialisée dans la surveillance des sites jihadistes, qui ajoute qu'elle visait à venger la mort du numéro deux d'Al-Qaida, le libyen Abou Yahya Al-Libi, tué le 4 juin par un drone américain au Pakistan.

 

Surnommé "le cheikh aveugle", âgé de 73 ans, l'égyptien Omar Abdel Rahman a été condamné en 1995 à la prison à vie par la justice américaine, pour son implication dans des projets visant à attaquer des cibles new-yorkaises.

 

Les mêmes brigades se sont attribuées la paternité de l'attaque, perpétrée le 22 mai, contre des locaux à Benghazi du Comité international de la croix rouge (CICR), accusé de se livrer à la propagation du christianisme. L'organisation humanitaire helvétique a été visée par une seconde explosion, le 12 juin, devant ses bureaux de Misrata, une ville portuaire, 150 km à l'est de Tripoli.

 

Les responsables sécuritaires de Benghazi s'efforcent de minimiser l'importance de ces attentats, qu'ils tendent à interpréter comme une manœuvre de déstabilisation, conduite par d'anciens Kadhafistes.

 

"Nos renseignements sur les groupes islamistes libyens nous incitent à penser qu'ils ne veulent pas basculer dans le terrorisme, dit Moustafa Seguesli, une figure de la révolution, nommé chef de la commission des combattants, en charge de la reconversion des ex-rebelles. Nous penchons plutôt pour la thèse du complot, fomenté par des éléments de l'ancien régime, pour discréditer les nouvelles autorités libyennes, en montrant qu'elles ne contrôlent pas le situation".

 

Selon lui, ces attaques ne justifient pas de repousser une nouvelle fois les élections, qui ont déjà été déplacées du 20 juin au 7 juillet pour des raisons techniques. "A Benghazi, la vie est normale, nos enfants vont à l'école, les restaurants sont ouverts et les affaires reprennent doucement".

 

Un journaliste local qui préfère rester anonyme critique cette approche : "Les autorités nous servent l'argument de la cinquième colonne à chaque fois qu'il y a un problème, dit-il. Elle ne veulent pas admettre qu'il y a un problème d'intégrisme car elles n'ont ni la volonté ni la capacité de trouver la solution".

 

"LA FORCE DES MILICES ARMÉES NE CESSE DE CROÎTRE"

 

De fait, le gouvernement du premier ministre Abderrahim Al-Kib, désigné à l'automne par le CNT, paraît démuni face à la masse d'armes en circulation. Le programme de démobilisation des anciens "thuwar" (rebelles) et d'intégration dans les structures du ministère de la défense ou de l'intérieur, traîne en longueur.

 

"Le pouvoir central est quasi absent, faible et incapable de contrôler la plupart des zones de Libye alors que la force des milices armées ne cesse de croître", s'inquiétait l'éditorial d'Al-Quds Al-Arabi.

 

Faute de réponse des autorités, la société civile de Benghazi n'hésite pas à prendre l'initiative. Jeudi 7 juin, plusieurs centaines d'islamistes armés, débarqués de Derna, bastion de l'extrémisme religieux libyen, à l'est de Benghazi, mais aussi d'autres villes de la côte, ont organisé une démonstration de force, en investissant la Place de la libération, là même où la révolution a commencé en février 2011.

 

La kalachnikov en bandoulière, juchés sur des batteries anti-aériennes installées sur des pick-up, ils agitaient des drapeaux noirs et brandissaient des bannières portant des slogans hostiles aux élections : "La démocratie est un système occidental et non islamique", "La démocratie est athée".

 

Choqué par l'irruption de ces fanatiques dans un lieu aussi emblématique, des habitants de Benghazi ont rapidement afflué sur la place. Aux cris de "La Libye est unie", "La Libye n'est pas l'Afghanistan", ils ont réussi à refouler peu à peu les intrus. Le lendemain soir, pour bien marquer leur victoire sur les intégristes, des jeunes de Benghazi organisaient un concert de rap dans un jardin du centre ville.

 

Par Benjamin Barthelemy Tchepnang 

 

Source : http://www.lemonde.fr/libye/article/2012/06/15/benghazi-en-proie-a-une-serie-d-attentats-anti-occidentaux_1719481_1496980.html

 

Lire la suite

AIDONS NOS ARTISTES A NOUS SOUTENIR.

14 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

 

                         AIDONS NOS ARTISTES

                            A NOUS SOUTENIR

La chanson pleine d'émotion "Mama Simone don't cry" et le titre choc "oh oh oh libérez Gbagbo", inscrits dans le nouveau Maxi 5 titres "ARRÊTEZ LE MASSACRE" signé Komandant Simi OL, le Poids lourd de la musique de la résistance et de la Kémetic Vibration, est disponible à 5€. CD Indispensable pour le 18 Juin à la Haye, dans le mouvement pour la libération de la Côte d'Ivoire.

                                 Kommandant-SIMI.jpg


 
Mama Simone don't cry: http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

              Libérez Gbagbo:
http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

Lire la suite

Faure Gnassingbé dictateur de père en fils en proie à une contestation populaire justifiée.

14 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

Faure Gnassingbé dictateur de père en fils en proie à une contestation populaire justifiée.

Gnassingbe-Fils.jpg     Gnassingbe-pere.jpg

Faure Gnassinbe (Fils)          Faure Gnassinbe (Père)

 

En 50 ans de dictature sanguinolente de pere en fils, le peuple Togolaism est fatigué, le pays est exsangue, le peuple togolais n’en peut plus voir les images ci-dessous.

Gnassinbe2.jpg  Gnassinbe3.jpg

Malgré les pluies gaz lacrymogène, les bastonnades et les chasses à l’homme, les populations togolaises décidées à exiger le départ de Faure Gnassingbé. Par centaines de milliers, avec à leur tête les leaders du Collectif “Sauvont le Togo”, elles ont pris d’assaut le Carrefour Dekon pour la nuit. Nous attendons les occidentaux pour les aider à monter leur Conseil National Togolais et faire partir le dictateur Faure. Pardon, nous avons oublié que c'est leur petit copain et dans ce cas leurs yeux ne voient rien, ils n'entendent rien et ne parlent pas.

Manif-au-togo.jpg

Source : Internaute 

Lire la suite

Abidjan-Yopougon : Des détenus brûlés au fer dans un camp de concentration.

14 Juin 2012 , Rédigé par afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire

 

Abidjan-Yopougon : Des détenus brûlés au fer dans un camp de concentration.

concentration3

Non, ce n’est pas de la blague… Non, vous n’êtes pas dans l’Allemagne de Hitler, mais bien en Côte d’ivoire, plus précisément dans la commune de Yopougon supposée pro-Gbagbo. Oui dans ce quartier le régime Ouattara a installé un camp de concentration.

 

Lorsque vous arrivez à Yopougon, dites au chauffeur de vous déposer au feu tricolore du complexe sportif. Vous prenez par la suite la direction du nouveau quartier, tous les chauffeurs de taxi connaissent. Vous dites à la place de la liberté (un site qui pourtant appartient au Fpi, le parti de Laurent Gbagbo), là où se trouve le camp des Frci qui regroupe à ce jour tous les miliciens qui ont combattu pour le régime en place, le régime Ouattara. C’est sur ce site, occupé illégalement par les forces pro-ouattara, que se trouve ce camp de concentration. Au moment où nous mettons sous presse (ce samedi 12 mai 2012), ce camp de torture est présentement fonctionnel avec des milliers prisonniers.

 

Ces jeunes que vous voyez dans l'image ci-dessus, dont on n’avait aucune nouvelle, sont actuellement dans ce camp selon de nombreuses indiscrétions. D’autres malheureusement ont succombé aux tortures atroces qui leur ont été infligées par ces miliciens pro-ouattara.

 

 

Dans ce camp de concentration, les pratiques qui ont cours sont véritablement inhumaines. Tortures, exactions, violations des droits de l’homme… Tout y passe à l’abri des regards, nous rapporte le quotidien ivoirien « notre voie ». Les témoignages des individus qui ont pu en sortir vivants, mais en loques humaines, donnent froid dans le dos.  Selon eux, il s’agit d’un véritable camp de concentration, un mouroir qui fait penser au camp Boiro de la Guinée-Conakry sous le dictateur Sékou Touré. « Quand on nous envoie dans ce camp, on plonge nos têtes dans des barriques d’eau pour tenter de nous asphyxier afin de nous arracher des aveux. On nous a sérieusement battus tout le temps qu’on est restés aux mains des FRCI. On met du plastique au feu et on nous colle les flammes au corps pour nous brûler dans l’espoir de nous arracher des aveux. On nous brûle aussi au fer. C’est la torture que j’y ai vécu », confie une récente victime du camp. Témoignage rapporté par ce même quotidien.

C’est une victime totalement diminuée avec des pieds enflés et le corps plein de brûlures au fer qu’il nous est amené de voir. « On nous bat tout le temps avec du fil de fer, nous dormons sous une bâche au sol nus et nos portables et argent sont confisqués par nos bourreaux. Nous ne mangeons pratiquement pas et on nous interdit toutes les visites et communications téléphoniques. Je sors du camp avec tous mes pieds enflés du fait des tortures et je suis prêt à poser pour des photographies afin de porter à la connaissance de l’opinion internationale toutes les pratiques inhumaines que des personnes injustement détenus subissent aux mains des Frci (forces pro-ouattara). J’ai laissé derrière moi, dans ce camp, des centaines de personnes notamment des policiers, gendarmes, militaires et des civils qui côtoient quotidiennement la mort », explique la victime.

Selon de nombreux témoignages, les arrestations arbitraires dans la commune de Yopougon sont quotidiennes. Ces arrestations se font sur une base ethnique et sur une simple dénonciation sans preuve d’un partisan de Ouattara. Les détenus n’ont droit à aucun procès. C’est le règne de la justice des vainqueurs. « Des gens ont été pris au kilomètre 17 où un élément des Frci, un Burkinabé appelé chef Bamba sévit sans retenue. Il arrête des personnes et les conduits au camp Frci du nouveau quartier où ils sont torturés. Les organisations de défense des droits de l’homme doivent faire quelque chose, sinon il sera trop tard pour les autres détenus que j’ai laissés là-bas », poursuit la victime. Avant de préciser : « suite à la torture, je suis tombé dans un coma. Les Frci m’ont envoyé à l’hôpital militaire d’Abidjan où ils m’ont abandonné. Ils sont revenus me reprendre avant de me libérer sans soins lorsque j’ai repris connaissance ».

Les riverains du camp Frci au nouveau-quartier de Youpogon vivent également un cauchemar. Selon eux, chaque nuit pratiquement ils sont victimes de vols. « Les Frci s’introduisent dans nos maisons quand ils veulent et surtout lorsqu’ils sont en manque d’argent pour nous voler sous la menace de leurs armes », soutiennent des riverains.

Source : cotedivoire-lavraie.fr

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>