Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 16:21
TRANSPARENCY INTERNATIONAL ÉPINGLE LA POLICE CAMEROUNAISE : LES FAITS ET L’INTOX.

Le dernier rapport de Transparency International place la police camerounaise en tête de liste des services publics les plus corrompus au Cameroun. Un classement qui a ignoré les faits pour jeter le discrédit sur ce corps pourtant en pleine mutation et ses dirigeants. Chronique d’une tentative de déstabilisation de la police camerounaise.

Transparency International, à la faveur de son dernier rapport, a remis en débat la poursuite de la lutte contre la corruption que le Délégué général à la sûreté nationale a inscrite, depuis sa nomination le 31 août 2010, au rang de ses actions prioritaires pour assainir les comportements au sein de ce corps. Dans une enquête où s’entrechoquent des intérêts divergents, voire conflictuels, il n’est pas étonnant que par intermittence, des proclamations sentencieuses le disputent à des analyses biaisées, à des insinuations malveillantes. Avec, en toile de fond, des surenchères à peine voilées. Ce faisant, certains protagonistes de Transparency International font malheureusement abstraction des actions positives qui émaillent le fonctionnement de la police camerounaise depuis quelques années.

Il convient cependant de relever que la police camerounaise ne peut prétendre être entièrement exempte de la corruption. Mais, lorsque celle-ci prend des proportions telles qu’elle risque de contrarier les efforts accomplis en vue d’instaurer une bonne gouvernance, elle entraîne la dégénérescence générale du tissu social. Obstacle au développement durable, la corruption peut éventuellement favoriser la criminalité organisée. En fait, si la corruption se développe sans entrave, la démocratie peut difficilement s’épanouir, la liberté se répandre, la justice prévaloir. Ainsi, cette nuance établie, l’on note que depuis la publication du dernier rapport de Transparency International, c’est de nouveau le grand emballement autour de la police camerounaise. avec des appréciations tendancieuses qui tendent à ignorer les faits pour jeter le discrédit sur la police camerounaise et ses dirigeants, soupçonnés ou carrément accusés sans preuve, de tirer les ficelles. Or, la sagesse renseigne utilement que « les faits sont sacrés », les commentaires relevant d’un tout autre registre.

POLICE CITOYENNE

Les faits ? Ils mettent en évidence un service public, la police camerounaise d’une part. Et ses dirigeants d’autre part. nommé par décret présidentiel n°2010/263 du 31 août 2010 à la tête de la Délégation générale à la sûreté nationale pour assumer la lourde charge de conduire la destinée de l’institution policière suivant les grandes orientations de la politique sécuritaire définie par le chef de l’état, Martin Mbarga Nguélé a été confirmé dans ses fonctions le vendredi 2 octobre 2015 par le président de la république. Pour mémoire, Martin Mbarga Nguélé a déjà occupé le poste de DGSN (délégué général à la sûreté nationale) entre 1983 et 1984 camer.be, il y’a trente et un ans. Il a été inspecteur de police à 19 ans, avant de gravir tous les échelons dans le corps puis d’embrasser une carrière de diplomate qui l’a, tour à tour, conduit au Congo-Kinshasa (à l’époque Zaïre), au Brésil et en Espagne. C’est de ce pays qu’il était parti en septembre 2010 pour être réinstallé à la tête de la police.

Ce renouvellement de la confiance faite en la personne de Martin Mbarga Nguélé par Paul Biya le vendredi 2 octobre dernier serait-elle la preuve que la conscience professionnelle est enfin de retour au sein de la police camerounaise ? En tout cas, plus qu’hier, cette police, dans un environnement difficile, complexifié par les mutations socio-politiques, abat de plus en plus un travail remarquable. Un constat est indéniable : ces dernières années, les flics camerounais sont devenus courtois et serviables. Surtout ceux exerçant dans les grandes agglomérations, désormais voués qu’ils sont aux patrouilles nocturnes, à la facilitation de la circulation routière et à une présence dissuasive dans les lieux publics. Du coup, l’on (ré) découvre un corps presque sympathique, à visage humain, citoyen. Les camerounais retrouvent cette police citoyenne qui n’aurait jamais dû cesser de l’être. Il y a comme un retour de la courtoisie et de la confiance.

On n’aurait pas pu en dire autant dans les années antérieures à 2010, au moment où la présence d’un homme en tenue, loin de rassurer, constituait plutôt le début des tracasseries de toutes sortes. C’est que la police camerounaise avait fini par revendiquer, et avec aplomb, une image répressive et corrompue formatée depuis l’école de formation. Comme une force d’occupation, elle arnaquait, mendiait, intimidait publiquement, se pavanait dans la rue avec ses armes et insignes. Pays hospitalier par essence, le Cameroun donnait l’impression d’un territoire au bord de l’implosion où la force de sécurité, l’œil inquisiteur, accueille le visiteur avec des armes menaçantes et non la fleur au fusil. Pourtant, quand les contrôles de police ont été suspendus sur la voie publique par le Délégué général à la sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé, le pays ne s’est pas embrasé pour autant. Et c’est bien la preuve que ces opérations étaient contreproductives et ruinaient l’image de toute une communauté nationale, qu’on dit tournée vers la recherche d’investisseurs et la bonne gouvernance.

Cependant, face aux problèmes d’insécurité grandissante, les terroristes de Boko Haram ayant changé leur fusil d’épaule au regard de leur nouveau mode opératoire, les attentats-suicides, il était plus que jamais nécessaire pour le patron de la police camerounaise de ressusciter, bon gré mal gré, les contrôles de police dans le cadre du maintien de la paix et de la stabilité de notre pays. Au-delà de certaines dérives, ces policiers, au cours des contrôles de routine, s’investissent également jusqu’au sacrifice suprême. L’exemple de l’inspecteur de police principal, Elie Ladé, tué dans le double attentat-suicide du 20 septembre 2015, est patent. Dès sa nomination, Martin Mbarga Nguélé avait embouché le discours de la lutte contre la corruption, l’indiscipline, le trafic d’influence et le laxisme. Après l’ère de l’immobilisme affirmé de Pierre Minlo’o Medjo, après la main de fer généreuse d’Edgar Alain Mebe Ngo’o, après la période presque lisse d’Emmanuel edou, on avait fini par croire que la police camerounaise était plus que jamais immunisée contre l’assainissement. De lourdes sanctions plurent certes, surtout sous m. Mebe Ngo’o, mais les policiers camerounais semblaient avoir fait le vœu de malhonnêteté.

SANCTIONS

À cette fermeté, m. Mbarga Nguélé a allié la séduction : «Tout policier qui ira ou agira à l’encontre de la loi sera puni convenablement, et ceux qui se démarqueront positivement par leur travail seront promus et récompensés». Ainsi, des policiers ripoux ont sévèrement été sanctionnés ces dernières années. Des sanctions qui n’ont pas épargné les hauts gradés. Et parmi les victimes de poids, l’on a encore en mémoire le commandant du groupement mobile d'intervention n°1 de la région du centre, le commissaire de police principal Josué Nna Nna. Il a été suspendu de ses fonctions pour «violation de consigne» : il avait envoyé ses éléments «chasser» le «tchoko» en route. L’on ne peut ne pas relever le cas de l’inspecteur général n°1 à la Délégation générale à la sûreté nationale. Le commissaire divisionnaire Nkome Ntungwa Charles Nsong a été relevé de ses fonctions pour avoir fait libérer un dangereux trafiquant.

Des mesures et bien d’autres qui ont d’ailleurs été saluées en leur temps par Léopold Nzeusseu, directeur exécutif de Transparency International Cameroun. Autre illustration : la transparence et la sérénité qui ont caractérisé les derniers concours d’entrée à la police (commissaires de police, officiers de police, inspecteurs de police et gardiens de la paix). À preuve, huit personnes ayant tenté de monnayer les places pendant lesdits concours ont été interpellées et présentées chez le procureur de la république. Il s’agit entre autres d’hommes et de femmes en civil pour certains. D’autres appartiennent tout simplement au corps de la police.

VENTS CONTRAIRES

Alors qu’on se disait naturellement que la discipline est de retour au sein de la police, c’était sans compter avec les vents contraires qui soufflent violemment dans ce corps où les batailles d’intérêts personnels et les mauvaises pratiques semblent avoir supplanté l’éthique. Il n’est donc pas exclu aujourd’hui que quelques nostalgiques essayent, par des moyens divers et des actions pernicieuses, de saboter ce travail de salut public engagé par Martin Mbarga Nguélé. Auquel cas, les choses deviendraient difficiles, sinon impossibles à gérer. Il est plus que jamais urgent pour le Délégué général à la sûreté nationale d’élucider une nouvelle stratégie de lutte contre ce malaise social qui gangrène inlassablement la police camerounaise. La lutte contre la corruption passe inévitablement par le pouvoir de sanction et de coercition. Dans bien des cas, la peur de la sanction est le commencement de la sagesse. Tous ceux et celles qui se rendent coupables d’actes de corruption doivent pouvoir rendre compte devant la justice selon les termes d’un procès équitable.

Source L'Equation : par Richard BONDOL

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine