Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 22:02

Les dérives de la colonisation en Afrique équatoriale Française :

 

Rédigé en 1905 à la suite d’une enquête de quatre mois en Afrique équatoriale française, le rapport établi par l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza ne paraît qu’aujourd’hui. Resté confidentiel pendant un siècle, ce texte nous donne des clés pour comprendre la face sombre de la colonisation.

 

 

Histoire politique. C’est une torpille, tirée au début du siècle dernier et qui n’atteint son objectif qu’aujourd’hui ; c’est un document qui aurait eu un retentissement formidable s’il avait été rendu public à sa rédaction, en 1905. Publié pour la première fois ce printemps 2014, le « rapport Brazza » nous apporte néanmoins un précieux éclairage sur les dérives de l’administration coloniale et des compagnies concessionnaires établies dans les possessions d’Afrique équatoriale française (AEF). Le 5 avril 1905, l’explorateur italien naturalisé français Pierre Savorgnan de Brazza embarque à Marseille, avec son épouse Thérèse et la dizaine de membres qui composent son équipe, direction Brazzaville – ville qu’il avait lui-même fondée vingt ans plus tôt, en signant des accords de protection avec quelques chefs indigènes. Le motif de cette mission ? Alertée par la vindicte qui touchait « l’autre Congo » (encore dénommé cyniquement Etat indépendant du Congo, où les abus pratiqués par les hommes du roi des Belges Léopold II à l’encontre des populations indigènes chargées de récolter le caoutchouc avaient entraîné une vive réaction internationale), la Chambre des députés de la IIIe République décide de lancer « une mission d’inspection extraordinaire chargée de démontrer que le Congo français restait irréprochable », rappelle l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch dans l’excellente préface de ce rapport exhumé. 
À l’époque, la France rêve de prendre pied au Congo belge, caressant l’espoir de bénéficier d’un droit de préemption si la pression internationale contraint Léopold II à abandonner sa possession africaine. Problème : «  Toute remise en cause du Congo français risque de compromettre ses intérêts dans la région », souligne l’historienne. Aussi, Brazza se voit confier un autre objectif, plus secret : procéder « à une enquête comparée entre le Congo de Léopold et le Congo français, à l’avantage du Congo français  », lui demande le ministre des Affaires étrangères dans une lettre confidentielle.

 

De la dynamite dans l’anus, et autres représailles

 

Il faut dire encore que la constitution de cette mission d’enquête est précipitée par un scandale, rendu public en février 1905 : deux employés coloniaux, Fernand Gaud et Georges Toqué, avaient fait sauter un prisonnier indigène à Fort-Crampel (dans l’Oubangui-Chari) le 14 juillet 1903, en lui introduisant une cartouche de dynamite dans l’anus. Suite à la médiatisation de cette sinistre pétarade, si loin de la version officielle de la mission civilisatrice, le gouvernement cherche à éteindre l’incendie qui couve.

 

Mais les velléités gouvernementales s’avèrent bien optimistes. Brazza constate vite que les indigènes ne sont pas mieux lotis dans les possessions françaises que sur le territoire du roi des Belges. Le rapport qu’il rédige fait état de mauvais traitements, de sanctions disproportionnées, de taxes illégitimes, d’exécutions sommaires, de travaux forcés assimilés à de l’esclavage, d’humiliations quotidiennes. L’équipe d’enquêteurs recense plusieurs scandales, en particulier dans la région de l’Oubangui-Chari (aujourd’hui la Centrafrique). Ainsi, « l’affaire de Bangui » révèle que 58 femmes, séquestrées par l’administration coloniale dans le but de contraindre les hommes indigènes à s’acquitter de l’impôt en nature (c’est-à-dire de récolter le caoutchouc pour le compte de la compagnie concessionnaire) ont été enfermées dans une case si insalubre que 45 d’entre elles sont mortes de faiblesse en quelques semaines. Le passage de Brazza dans la région, en juillet 1905, permet d’éviter un autre scandale – 119 femmes enfermées dans les mêmes conditions ont finalement été libérées par l’administrateur colonial, de peur d’avoir à rendre des comptes à la mission d’état. Pire encore, la M’poko, compagnie concessionnaire privée dirigée par un Norvégien sadique (Gullbrand Schiötz), est soupçonnée de nombreuses séquestrations d’otages, de châtiments corporels cruels et d’exécutions (plus d’un millier de meurtres y seront répertoriés). Cette dernière affaire « est soigneusement étouffée pour préserver le prestige colonial de la France  », note Catherine Coquery-Vidrovitch. Le rapport dénonce enfin l’attitude d’Émile Gentil, commissaire général au Congo depuis 1902, qui fait tout pour entraver le déroulement de l’enquête, ayant lui-même plusieurs exactions à l’égard des indigènes sur la conscience (assassinats, abus de perception de l’impôt indigène et abus dans les réquisitions des porteurs, répression excessive de mouvements de rébellion…)

 

Un polar vrai, puissant et ténébreux

 

Ce rapport Brazza contient tous les ingrédients d’un polar puissant, ténébreux et véridique – qu’il resterait à écrire ? On y trouve du suspense, avec la difficile avancée des enquêteurs de la mission Brazza pendant les quatre mois qu’ils passent sur place (leurs travaux de recherche sont presque systématiquement sapés par les fonctionnaires en poste dans la colonie), des coups bas (les enquêteurs ne peuvent se fier à leurs informateurs, tant l’omertà est présente), du sang (beaucoup de sang), le décor mystérieux et angoissant de la forêt, des personnages maléfiques, et un héros, Louis Savorgnan de Brazza. Un héros qui meurt, peut-être, empoisonné au cours du trajet de son retour en France. C’est du moins la version que soutient sa veuve, qui assiste à son agonie sur le bateau qui les ramène à Marseille – l’explorateur-enquêteur s’était fait beaucoup d’ennemis parmi les fonctionnaires sur place et les directeurs des compagnies concessionnaires, et son rapport aurait certainement connu un sort différent si l’homme était resté en vie. «  Je rentre avec le sentiment que l’envoi de ma mission était nécessaire. Autrement, nous aurions eu des scandales pires que ceux de l’Abir et la Mongalla belges », écrit-il le 24 août. Brazza meurt 21 jours plus tard, le 14 septembre 1905, lors de l’escale de Dakar. Il avait 53 ans.

 

Testament politique

 

Inacceptable, scandaleux, accablant, explosif, le rapport Brazza est aussitôt classé confidentiel et enfoui dans les archives. Le gouvernement de l’époque n’avait pas estimé utile de rendre publiques ces révélations embarrassantes. Il fallait construire une mémoire coloniale plus acceptable. Parler des bienfaits de la colonisation plutôt que de ses méfaits. Cent ans plus tard, le travail de remise en cause semblait n’avoir guère progressé : en 2005, l’Etat tentait encore de légiférer sur les bienfaits de cette colonisation africaine.
Après le passage de Brazza, rien ou presque ne change dans les possessions françaises de l’AEF. De juillet 1926 à mai 1927, l’écrivain André Gide voyage en Afrique centrale : la description qu’il fait des conditions de vie des indigènes dans le livre choc qu’il publie l’année suivante (Voyage au Congo) rappelle cruellement le brûlot de Brazza. L’année suivante, le journaliste Albert Londres s’embarque pour un périple de quatre mois en AOF (Afrique occidentale française) et en AEF : même réquisitoire contre l’administration coloniale, même remise en cause des compagnies concessionnaires privées qui s’arrogent tous les pouvoirs pour maximiser leurs profits, à la grande souffrance des populations locales. En 1932, l’écrivain Louis-Ferdinand Céline dépeint la même situation dans le passage africain de son Voyage au bout de la nuit. Et qu’en est-il aujourd’hui, en 2014 ? Le système des concessions privées existe toujours (sous une forme atténuée, heureusement !) dans les anciennes possessions françaises. Des groupes comme Bolloré, Total ou Areva, mais aussi des dizaines d’autres entreprises moins connues, jouissent de la protection des contingents de l’armée française et des polices locales pour accomplir leurs affaires, avec la complicité des gouvernements locaux, bien souvent corrompus. Et la Centrafrique, où rien ne changea pendant des années (puisque rien ne fut reconnu), où le pouvoir colonial toléra des sultanats esclavagistes jusqu’aux années 1940, continue de s’embourber dans une guerre attisée par des années de haine et de violence contenues. Considéré comme le testament politique de Louis Savorgan de Brazza, ce rapport étouffé constitue un des premiers scandales de la Françafrique. Pourquoi n’a-t-il pas été publié plus tôt ?

Repères :Le Rapport Brazza, Mission d’enquête au CongoPréface de Catherine Coquery-Vidrovitch, postface de Patrick Farbiaz (fondateur de l’association Sortir du colonialisme)Éditions Le passager clandestin (2014), 305 pages, 19 euros.

Source : lesInfluences

 Pierre Savorgnan de Brazza est un officier de marine et explorateur français d'origine italienne qui a ouvert la voie à la colonisation française en Afrique centrale.   Né le 26 janvier 1852 à Rome, Italie. Décès : 14 septembre 1905 à Dakar.

Savorgnan de Brazza

Savorgnan de Brazza

Les dérives de la colonisation en Afrique équatoriale Française

Partager cet article

Repost 0
Published by Afrohistorama Media afrohistorama, Toute l'histoire sans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • Le blog de afrohistorama.over-blog.com
  • : AFROHISTORAMA Toute L’histoire sans histoire. CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR ET VOIR.
  • Contact

EVENEMENT

 

PROSPECTUS.jpg

 

Invitation: DEVOIRE DE MEMOIRE

Expo um1

CITOYENS

POUR LA MEMOIRE DU CAMEROUN

Affiche-semaine des heros et martyrs  

Renseignements:

Email : neuronesnews@gmail.com 

Mobile : 0033 (0)6 26 29 43 29

______________________________________________

 

Cote d'Ivoire le coup d'etat

 

 

Recherche

DIVERS

 


L’Observatoire des Elections

de la Diaspora Camerounaise

(OEDC)

OEDC-copie-1.jpg


Email: oedc-info@oumarou.net

 Google+:

observatoirelectioncameroun@gmail.com

 

France:0033(0)6 26 29 43 29

Belgique:0033(0)4 83 69 23 12

 

Skype: oelection-cameroun

Facebook: observatoire des élections

de la diaspora camerounaise

 

 

  ........................................................................................

Image historique

Artistes-et-ecrivains-noirs-en-1956.jpg

1956, Premier Colloque des Ecrivains et Artistes Noirs.

Du 19 au 22 septembre 1956 s'est tenu le premier congrès des écrivains et artistes

noirs à la Sorbonne organisé par Alioune Diop.

On pouvait y voir Amadou Hampathé Bâ (Mali), Léopold Sedar Senghor

et Cheikh Anta Diop (Sénégal), Aimé Cesaire et Frantz Fanon (Martinique),

Marcus James (Jamaïque), Richard Wright (Amérique), Jean Price Mars

 

 

----------------------------------------------------------------------

LISTE DES PAYS AFRICAINS ENCORE SOUS

OCCUPATION  ETRANGERE.

 PAYS                         TERRITOIRES OCCUPANTS
ILES CHAGOS                      Royaume-Uni
                                                 (Bases militaires de
                                                  DIEGO GARCIA)

2. ILE SAINTE HELENE         Royaume-Uni

3. ILES CANARIES                   Espagne
 
4. LES AÇORES                        Portugal

5. LES ILES MADERES            Portugal

6. LA REUNION                          France

7. MAYOTTE                                 France
8. CEUTA ET MELILLA               Espagne
Source : Union Africaine

------------------------------------------------------------


annonces

 

 


code noir

  CLIQUER: LE CODE NOIR

Ou recopier le lien ci-dessous

http://www.youtube.com/watch?v=XcSxRoCqbmk

 

 

Solomon-290x217

 

Histoires oubliées, histoires occultées

Solomon Northup (1808-1857)

La bande-annonce de 12 Years A Slave en VF 

AU CINEMA EN France à partir du 22 janvier

link

  CLIQUER:  BANDE ANNONCE

Ou recopier le lien ci-dessous

http:http://www.afrohistorama.info/article-la-bande-annonce-de-12-years-a-slave-en-vf-la-biographie-de-solomon-northup-122184090.html

 

 

  affiche-contre-l-esclavage-monetaire_001.jpg

 

images divers5

 

Affirmation

 

   ONU-complice-du-genocide-au-kongo.jpg

 

      Logo-Afrohistorama

      AFROHISTORAMA TV

 

  La-pensee-Africaine-Mbombog-Bassong.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=b79adXinxYI&feature=share

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

 ----------------------------------------------

 

 

simiol.jpg

     

  Mama Simone don't cry:

http://www.youtube.com/watch?v=Yz523NV-lLk

  Libérez Gbagbo:
 

http://www.youtube.com/watch?v=Jz0KXYq5l8g 

 

Massacres en Côte d'Ivoire       

http://www.youtube.com/watch?v=ylZgCoSsIh8

---------------------------------------------------------------------------

 

Liste des principales langues par pays africain


Algérie Arabe, Berbère            
Angola Kimbundu, Umbundu, Siope
Bénin Fon, Yoruba, Gun, Mina, BA’Atonou,

Dendi, Ditammari et Yom
Botswana Setswana
Burkina Faso Mossi, Dioula, Peul
Burundi Kirundi, Swahili
Cameroun Bassa, Bamoun, Fang, Fulani
Cap Vert Criuolo
RCA Sangho, Arabe, Hausa, Swahili
Tchad Sara, Arabe
Comores Shikomoro
RDC Swahili, Lingala, Ishiluba, et Kikongo
Congo Lingala, Kikongo
Côte d'Ivoire Baoule, Bete, Senoufo, Dioula
Djibouti Arabe, Afar, Somali
Egypte Arabe, Nubian
Guinée Equatoriale Fang, Bubi, Créole
Erythrée Afar, Bilen, Kunama, Nara, Arabe, Tobedawi, Saho,
Tigre, Tigrinya
Ethiopie Amharic, Oromigna, Tigrigna
Gabon Fang, Myene, Bateke, Bapounou/Eschira, Bandjabi
Gambie Manding, Wolof, Diola, Fulani
Ghana Ashanti, Brong Ahafo, Twi, Fanti, Ga, Ewe, Dagbani
Guinée Malinké, Susu, Fulani
Guinée-Bissau Criolo, Fulani, Manding, Pepel, Balante
Kenya Swahili
Lesotho Sesotho; Zulu and Xhosa
Libéria Mende
Libye Arabe
Madagascar Malgache
Malawi Chichewa
Mali Bambara, Songhai, Fulani, Arabe, Senoufo,
Malinke
Mauritanie Hassania, Arabic, Wolof, Soninke, Fulani
Maurice Creole, Hindi, Urdu, Hakka, Bojpoori
Maroc Arabe, Berbère
Mozambique Changana, Ndau, Makonde
Namibie Oshivambo, Herero, Nama, Afrikaans
Niger Hausa, Songhai, Arabe, Fulani
Nigeria Hausa, Yoruba, Igbo, Fulani
Rwanda Kinyarwanda
RASD Hassania, Arabe
São Tomé et Principe Forro
Sénégal Wolof, Fulani,Serer, Diola, Manging, Sarakolé
Seychelles Seselwa
Sierra Leone Mende, Temne, Krio
Somalia Somali, Arabic
Afrique du Sud Xhosa, Zulu, Afrikaans, Ndebele, Sesotho sa
Leboa, Sesotho, Swati, Xitsonga, Setswana,
Tshivenda
Soudan Arabe, Nubien, Dinka, Masaleet Shuluk, Nueer,
Zandi,Fur
Swaziland Swazi
Tanzanie Swahili
Togo Ewé, Mina, Kabyé, Cotocoli
Tunisie Arabe
Ouganda Swahili, Luganda, Ateso, Luo
Zambie Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja,
Tonga
Zimbabwe Ndebele, Shona

Source : Union Africaine